Boycottons Sama Sama «Parce que personne ne devrait vivre cela»

11 novembre, 2015

Le spectacle Sama Sama sera inauguré et présenté au niveau mondial le 19 novembre dans la salle madrilène du Madrid Arena. En tant que société civile engagée dans la justice te le respect des droits de l’homme et après avoir essayé de de contacter les responsables et collaborateurs du spectacle dans notre ville avec le silence pour toute réponse, nous nous trouvons dans l’obligation de lancer une campagne de boycott de Sama Sama. La dite campagne s’aligne sur celle du Boycott Désinvestissements Sanctions (BDS) lancée par la société civile palestinienne en 2005.

samasama1

Les politiques illégales de nettoyage ethnique, d’occupation militaire et la situation d’apartheid que poursuit l’Etat d’Israël sur la population palestinienne depuis des décennies, sont connues par toutes et tous. Pour citer des chiffres récents, au cours du seul mois d’octobre, Israël a assassiné plus de 70 personnes, notamment un bébé mort intoxiqué par inhalation de gaz lacrymogènes tirés par l’armée israélienne dans le camp de réfugiés d’Aida, à Bethléem. Quelques minutes avant, la même armée s’adressait ainsi aux personnes vivant dans ce camp de réfugiés : « Habitants d’Aida, nous sommes les forces israéliennes d’occupation. Si vous jetez des pierres, nous vous lancerons des gaz jusqu’à ce que vous mouriez. Les enfants, les jeunes y les personnes âgées, vous tous, nous n’en épargnerons aucun ».

Effectivement, les membres de Sama Sama n’ont jamais rien vécu de tel.

Sama Sama fait référence à sa signification en tagalog, la langue philippine, qui signifie « ensemble ». Le spectacle a été créé par Roi Ofer, un des fondateurs de Mayumana. Ce spectacle contribue à normaliser la situation d’Israël et à en donner l’image d’un lieu cosmopolite, multiculturel et moderne. Rien de plus éloigné de la réalité. Dans la ville de Jaffa, où Mayumana a son siège, quelques 15 000 Palestiniens survivent en luttant contre la pauvreté et la colonisation de ses terres ancestrales. Le Comité populaire de Jaffa pour la Défense des Droits à la Terre et au Logement, créé en 2007 pour lutter contre la confiscation et la démolition de maisons palestiniennes, dénombre aujourd’hui plus de 500 familles devant faire face aux ordres de démolition de leurs maisons.

Nous nous demandons alors comment Sama Sama peut-il faire référence au terme « Ensemble » et se présente comme un mouvement multiculturel tout en ignorant la population palestinienne qui vit à ses côtés, la situation d’occupation militaire et la violation des droits humains qui ont lieu a quelques kilomètres.

L’art n’est pas toujours inoffensif. Le spectacle Sama Sama a été inauguré à l’été 2012 au Musée Municipal de Tel Aviv, dont le président, Ron Huldai, est aussi le maire actuel de la ville. Avant de participer activement à la politique israélienne, Huldai a servi dans l’Armée de l’air israélienne durant 26 ans (1964-1989) comme pilote de combat et a rempli des postes de haut-commandement. Il a été coordinateur des autorités gouvernementales et superviseur de projets de construction civile pour les FAI (Forces Aériennes Israéliennes). Nous ne devons pas oublier que pendant que le maire actuel de Tel Aviv travaillait pour les FAI, la Guerre des Six jours avait lieu en 1967, moment-clé durant lequel Israël occupa illégalement la Cisjordanie, Jérusalem Est, Gaza et le Plateau du Golan syrien, comme nous le savons, territoires soumis jusqu’à présent à une politique d’apartheid et d’occupation contraire aux lois internationales.

Le directeur et fondateur de Sama Sama, Roi Ofer, tout comme son directeur artistique Amir Schorr, faisaient partie de la direction de Mayumana, compagnie emblématique de la culture israélienne à l’extérieur, Sama Sama a organisé des événements à d’autres occasions avec l’appui du gouvernement d’Israël et de ses institutions, comme le spectacle célébré à la Mairie de Tel Aviv en 2012 ou sa participation dans le projet de promotion touristique de la même municipalité. La Mairie de Tel Aviv promeut et participe aux politiques d’apartheid et de nettoyage ethnique des populations palestiniennes résidant dans sa ville. En 2010, elle céda la licence à l’entreprise Be’emunah, connue pour ses constructions de maisons pour résidents religieux et sionistes, pour qu’elle développe un quartier résidentiel exclusivement juif dans le quartier palestinien d’Ajami à Jaffa. L’étroite collaboration de Sama Sama avec la Mairie de Tel Aviv est donc évidente, tout comme leur complicité qui place crimes et abus sous silence.

Israël investit d’énormes quantités d’argent dans l’action extérieure de ses ambassadeurs artistiques et culturels et l’accueil de personnalités étrangères dans le but direct ou indirect de maquiller sa politique d’occupation, occultant, minimisant ou justifiant ses graves violations du droit international. L’ex-directeur adjoint au Ministère des Affaires étrangères d’Israël, Nissim Ben Shitrit, déclarait publiquement dans la presse : « Nous considérons la culture comme un outil de propagande de premier ordre, je ne différencie pas la culture de la propagande ». Ainsi retrouvons-nous l’annonce de l’inauguration de Sama Sama dans le calendrier d’événements de l’Ambassade d’Israël en Espagne.

pagatina

Le boycott culturel consiste à confronter la manipulation de l’opinion publique et la normalisation de l’Apartheid israélien à travers laculture, en visant constamment des entités et non des personnes. Il existe d’ailleurs en Israël-même un groupe formé d’Israéliens antisionistes qui appuient la campagne BDS, revendiquant un « Boycott from within » (Boycott de l’intérieur). Récemment, des artistes comme Marinah, ex-chanteuse du groupe Ojos de Brujo, ont annulé leurs concerts en Israël et se sont unis au boycott culturel. Le musicien brésilien Caetano Veloso, déclarait pour sa part, au terme d’une tournée en Israël « Je crois ne jamais revenir en Israël à cause de l’oppression des Palestiniens ».

Nous ne pouvons plus dire que nous ne savions pas et continuer comme si de rien n’était face aux crimes d’Israël contre l’humanité. Face à la complicité de nos gouvernements, devant l’inefficacité de la justice et des organismes internationaux, quelqu’un doit pouvoir défendre le droit international. L’appui au boycott proposé par le peuple palestinien est la seule option qui nous est donnée. Il en va de notre droit et de notre devoir car comme l’affirmait Desmond Tutu : « Si l’on reste neutre dansdes situations d’injustice, on se positionne dans le camp de l’oppresseur. ».

Pour tout cela, nous lançons l’appel en faveur de la justice et du droit international et nous vous demandons de ne pas aller voir Sama Sama, que vous diffusiez la campagne autour de vous et disiez bien haut que vous ne participez pas au sionisme de l’Etat d’Israël ni n’êtes complice de ses crimes, à travers sa culture.

PARCE QUE PERSONNE NE DEVRAIT VIVRE CELA, BOYCOTTEZ SAMA SAMA, BOYCOTTEZ ISRAEL

¡Firma por Palestina!

#YoNOComproApartheid

Al adherirme a la campaña #YoNOcomproApartheid, afirmo que no quiero que mi cesta de la compra beneficie al Apartheid israelí.

10,397 signatures

#YoNOComproApartheid

La Red de Solidaridad contra la Ocupación de Palestina lanza una campaña de adhesión ciudadana al boicot de los productos israelíes en señal de protesta contra las políticas de Apartheid, ocupación, despojo, colonización y asedio impuestas por Israel al pueblo palestino. Al adherirme a la campaña #YoNOcomproApartheid, afirmo que no quiero que mi cesta de la compra beneficie al Apartheid israelí.

¿Por qué #YoNOComproApartheid?

- Porque 66 años desde la expulsión de entre 700 y 950 mil palestinos y palestinas y la confiscación de sus viviendas, tierras y propiedades, ningún refugiado o refugiada ha podido retronar a sus casas ni ha recibido reparación.
- Porque han transcurrido 47 años desde la ocupación de Cisjordania, Gaza y Jerusalén Este, y estos territorios siguen bajo control militar israelí.
- Porque 10 años después de la Sentencia del Tribunal Internacional de Justicia de la Haya que exigió el desmantelamiento del Muro, Israel mantiene impunemente esta infraestructura de Apartheid.
- Porque desde el inicio de las supuestas conversaciones de paz iniciadas en agosto 2013 y suspendidas a finales de abril por Israel, este país ocupante ha autorizado la construcción de 14.000nuevas viviendas israelíes en asentamientos ilegales, 3226 de ellas en Jerusalén Este; ha asesinado a 61 personas palestinas y herido a 1751; ha demolido 508 viviendas, escuelas, fábricas y demás construcciones palestinas; ha desplazado a 899 y arrestado a 3300 palestinos y palestinas.
- Porque Israel no ha cesado de colonizar la tierra palestina y de expoliar al pueblo palestino de sus recursos, negando su autodeterminación y violando sus derechos fundamentales.
- Porque sus políticas discriminatorias contra los palestinos y palestinas han sido comparadas con las que los Boers aplicaron a la población sudafricana, y el Tribunal Russel sobre Palestina, en su audiencia en Ciudad del Cabo en 2011, las calificó de Apartheid.
- Porque la Unión Europea es el primer destinatario de las exportaciones israelíes, y gran parte de estos productos son fabricados ilegalmente en territorio ocupado palestino, y porque las empresas que los comercializan en nuestro país nos engañan, vendiéndolos como si fueran fabricados en territorio israelí.
- Porque no quiero ser cómplice de esta violación del Derecho Internacional Humanitario, y me resisto a comprar productos israelíes.
- Porque a través de la campaña global pacifista de Boicot, Desinversión y Sanciones contra Israel, puedo además contribuir a detener la injusticia, las violaciones de Derechos Humanos y los crímenes de guerra cometidos por Israel contra la población palestina.
- Porque quiero que en nuestros pueblos y ciudades, se vayan abriendo espacios donde no me hagan cómplice del Apartheid israelí, en los que no se vendan productos fabricados en este país o en las colonias construidas ilegalmente en territorio palestino.

Por todo ello, apoyo esta campaña de firmas y te invito a que tú también hagas público tu deseo de consumir de forma responsable y solidaria con el pueblo palestino.

[signature]

Comparteix amb les teves amigues i amics:


Espacio Libre de Apartheid Israelí

¿Conoces la campaña de Espacios Libres de Apartheid Israelí? Si tienes un bar, tienda, centro social o cultural... o participas en algún sindicato, asociación cultural, ayuntamiento... #YoNOComproApartheiddeclárate ELAI
ELAI

Qué productos boicotear

¡Únete al BDS!
Visita esta página para ver qué productos boicotear: boicotisrael.net/productos
Únete al BDS

Últimas noticias

  1. Kuirs con Palestina y BDS en el Orgullo Crítico madrileño

    El 28 de junio participamos desde la campaña de BDS en el Orgullo Crítico 2019 para decir NO al pinkwashing israelí y para apoyar a la comunidad LGTBQIA+ palestina que sigue resistiendo a la ocupación, la colonización y el apartheid israelíes.
  2. La Pegatina sigue sin querer quitarse la venda

    Damos la bienvenida al posicionamiento público de La Pegatina y Adrià Salas sobre el pueblo palestino y afirmando que no irán a Eurovisión mientras sea en Israel. Sin embargo, este paso es insuficiente, ya que su complicidad con el apartheid israelí continúa.
Más noticias...